Semaine du 11 au 17 mai

Par Sophie, le 11 mai 2016

Cette semaine à l’Apollo Ciné 8

au tarif  Rochefort sur Toile

 

La saison des femmes,  film indien de Leena Yadrav

« Pour son dernier long-métrage baptisée La Saison des Femmes, Leena Yadav a choisi de se concentrer sur la condition des femmes en Inde, son pays natal. La réalisatrice livre un portrait saisissant de la domination masculine à travers quatre personnages aux parcours différents, mais aux personnalités toutes aussi solaires.  »

<<<Allison Pujol, Au féminin>>>

en version originale sous-titrée

Me.11 Je.12 Ve.13 Sa.14 Di.15 Lu.16 Ma.17

Café society,  film américain de Woody Allen

cannes-cafe-society_0

« C’est du Woody Allen pur : un délice de répliques drôles, de situations inattendues, de rencontres inopinées, de sentiments légèrement amers. L’une des comédies les plus réussies de notre Woody depuis… depuis quand, au fait ?

Tout commence à Hollywood dans les années 1930. Bobby, gamin juif du Bronx, fils d’un joaillier minable, frère d’un gangster brutal, débarque en Californie dans l’espoir de trouver un job. Maltraité par son oncle imprésario, Bobby (Jesse Eisenberg) se hisse petit à petit dans le monde du cinéma, et tombe amoureux d’une ravissante secrétaire, Vonnie (Kristen Stewart). Laquelle n’est pas libre. Secrètement, elle entretient une liaison avec l’oncle (Steve Carell). Le cœur brisé, Bobby revient à New York, ouvre une boîte de nuit, Les Tropiques, et devient le roi de la nuit à Manhattan. Un jour, Vonnie vient y prendre un verre, avec son mari. Elle est plus belle que jamais…

Des images d’une rare beauté

On retrouve l’ambiance Woody Allen : les jeux du cœur de « Comédie érotique d’une nuit d’été », la merveilleuse mélancolie de « Radio Days », les machinations de « Coups de feu sur Broadway ». Quand la maman juive de Bobby se lamente parce que l’un de ses fils, truand, a mal tourné (il est devenu catholique !), c’est irrésistible. Quand on entend qu’il faut profiter de chaque jour comme si c’était le dernier – sauf qu’un jour, zut de zut, c’est vraiment le dernier – c’est plus drôle qu’un aphorisme d’Onfray. Et quand les deux amants fêtent le Nouvel An dans deux endroits différents, une tristesse poignante au cœur, c’est magnifique. » <<< François Forestier, l’Obs >>>

en version originale sous-titrée

Me.11 Je.12 Ve.13 Sa.14 Di.15 Lu.16 Ma.17

en version française

Me.11 Je.12 Ve.13 Sa.14 Di.15 Lu.16 Ma.17

et toujours

Fritz Bauer – un hero allemand, de Lars Krause

header_fritzbauer_adeaf

 

en version originale sous-titrée

Me.11 Je.12 Ve.13 Sa.14 Di.15 Lu.16 Ma.17

 

« Comment un procureur allemand aida Israël à capturer Adolf Eichmann.

Fritz Bauer, un héros allemand » s’ouvre sur un extrait authentique d’un entretien avec ce procureur allemand. En charge de la traque des anciens dignitaires nazis dans la République fédérale d’Allemagne, Fritz Bauer émet le vœu que les jeunes Allemands nés après la guerre auront le courage qui a manqué à leurs aînés afin d’arrêter et de condamner les criminels de guerre. Juste après, la reconstitution commence par un fait ambigu : en 1957, le procureur fut retrouvé à demi noyé dans sa baignoire. Tentative de suicide ou accident ? Le film de Lars Kraume montre en tout cas un homme sous pression, luttant seul contre tous, ou presque. » <<< Alain Lorfèvre >>>

 

La Passion d’Augustine, de Léa Pool

passion augustine

 

« Couvert de prix au Québec (et par celui du public au Festival d’Angoulême), le succès populaire de ce film a surpris, à une époque où la religion n’agit plus dans la société, où la multitude d’églises, couvents et monastères sont devenus de vastes appartements, des bibliothèques, des centres associatifs, voire des spas. La Passion d’Augustine a, comme on dit là-bas, « rejoint son public ». À chaque projection, les spectateurs sortaient émus, remués de retrouver aussi fidèlement leur passé de pensionnaires, remerciant la réalisatrice. »

<<< Jean-Claude Raspiengeas – La Croix >>>

Film québécois, en version française

Me.11 Je.12 Ve.13 Sa.14 Di.15 Lu.16 Ma.17

 

 

Sans oublier:

affiche-merci-patron
voir les infos sur le film données pour la soirée RST en cliquant sur le lien ci-dessous

<<< Merci Patron! de François Ruffin >>>

en version française

Me.11 Je.12 Ve.13 Sa.14 Di.15 Lu.16 Ma.17

Prochainement

du 25 mai au 31 mai : Mr Holmes
puis Julieta d’Almodovar
et

Prochaine soirée Rochefort sur Toile , le vendredi 3 Juin :  l’Etreinte du serpent

« El abrazo de la serpiente »  de Ciro Guerra

Partagez sur vos réseauxShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *