SEMAINE DU 16 AU 22 NOVEMBRE À L’APOLLO CINÉ8

Par Sophie, le 18 novembre 2016

Cette semaine au tarif Rochefort sur Toile – 6€ tous les jours et toutes les séances – Ma vie de courgetteL’Histoire de l’Amour, de  Radu Mihaileanu et  Moi, Daniel Blake 

Ma vie de Courgette, de Claude Barras

Synopsis

Icare, un enfant que tout le monde appelle «Courgette», est élevé par sa mère, alcoolique. Quand celle-ci meurt accidentellement, il est placé dans un foyer pour enfants. Dans l’établissement, le petit garçon apprend à se faire des amis, qui ont tous connu comme lui une enfance difficile. Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice sympathisent avec Courgette, mais Simon, le rebelle du groupe, tente d’imposer sa loi au garçon. L’arrivée de Camille chamboule une fois de plus la vie du foyer. La petite fille, malicieuse, ne laisse pas Courgette indifférent, même s’il n’ose pas tout de suite l’avouer…

Me.16 Je.17 Aujourd’hui Sa.19 Di.20 Lu.21 Ma.22
18h15
18h15

Le film a été récompensé à Annecy, Angoulême, San Sebastian, Zurich; en lice pour représenter la Suisse aux Oscars; Un film plein de poésie et garanti sans « viande humaine » (sans acteurs), du pur cinéma vegan ! Coproduit par la RTS

L’Histoire de l’Amour, de  Radu Mihaileanu

Synopsis

Il était une fois un garçon, Léo, qui aimait une fille, Alma. Il lui a promis de la faire rire toute sa vie. La Guerre les a séparés – Alma a fui à New York – mais Léo a survécu à tout pour la retrouver et tenir sa promesse.
De nos jours, à Brooklyn, vit une adolescente pleine de passion, d’imagination et de fougue, elle s’appelle aussi Alma. De l’autre côté du pont, à Chinatown, Léo, devenu un vieux monsieur espiègle et drôle, vit avec le souvenir de « la femme la plus aimée au monde », le grand amour de sa vie. Rien ne semble lier Léo à la jeune Alma. Et pourtant…
De la Pologne des années 30 à Central Park aujourd’hui, un voyage à travers le temps et les continents unira leurs destins.

Antoine Corte – Bulles de culture : Le cinéaste prévient lui-même en début de projection officielle dans le cadre du Festival de Deauville : « J’espère que vous avez fait une bonne sieste car le début du film est difficile ». En effet, on voit à l’écran plusieurs histoires qui s’entrecroisent sans pour autant faire de connexions entre elles. Pourtant, on se doute qu’il y a quelque chose qui va les lier. Le temps de poser son décor, L’Histoire de L’Amour emporte l’engouement général grâce à la prestation du duo déjanté joué par Derek Jacobi et Elliott Gould, à qui on pourrait presque attribuer le statut de meilleur couple de l’œuvre. (…)

L’effet papillon de L’Histoire de l’Amour transcende la grande Histoire, dans laquelle les protagonistes sont plongés au cœur de la seconde guerre mondiale, pour aboutir à une œuvre universelle qui pourra émouvoir un large public, sans distinction ni de culture, ni de langue.

Les séances en version française

Me.16 Je.17 Aujourd’hui Sa.19 Di.20 Lu.21 Ma.22
17h45
17h45

« Moi, Daniel Blake », de Ken Loach

Durée : 1h40
Genre : Drame

La deuxième Palme d’or de Ken Loach est un réquisitoire rigoureux contre la dégradation de l’Etat-providence.

Synopsis

Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Rachel, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d’accepter un logement à 450km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, Daniel et Rachel vont tenter de s’entraider… à voir à lire

Séances à l’Apollo Ciné 8

Les séances en version française

Me.16 Je.17 Aujourd’hui Sa.19 Di.20 Lu.21 Ma.22
15h40
13h30

Les séances en version originale sous-titrée

Me.16 Je.17 Aujourd’hui Sa.19 Di.20 Lu.21 Ma.22
15h40
20h20

Ken Loach revient avec un fresque sociale vertigineuse à la Dickens. Qu’elles semblent loin, les velléités de retraite du britannique, lui qui se montre plus révolté que jamais avec Moi, Daniel Blake !

L’avis du « Monde » : à ne pas manquer (Thomas Sotinel)

Pour un cinéaste aussi respectueux de la primauté du collectif que Ken Loach, cette première personne du singulier détonne. Moi, Daniel Blake/I Daniel Blake : l’homme au prénom de prophète, au nom de visionnaire, crie seul, dans un désert jadis inimaginable. Là où s’élevaient des usines, des cités, peuplées de masses ouvrières qui agissaient de concert, il reste des coquilles qui abritent des individus à peine connectés par les liens ténus du voisinage, de la consommation, de la soumission à des institutions devenues incompréhensibles. Puisqu’il n’est plus possible de parler d’une seule voix, une voix seule se fera entendre.Vingt-cinquième long-métrage de fiction réalisé pour le cinéma par Ken Loach (et sa deuxième Palme d’or), Moi, Daniel Blake n’est pas un titre de plus qu’on ajoutera à la filmographie d’un cinéaste désormais octogénaire. Comme le répète sans relâche son auteur, le film est né de l’urgente nécessité de faire entendre des cris dont seuls parvenaient des échos déformés. Ce qui donne une œuvre d’une rectitude singulière, qui évite la raideur par la vertu de sa profonde humanité, qui garde la violence d’un sermon vengeur ou d’un pamphlet tout en offrant le secours de l’empathie – l’un des plus beaux films de Ken Loach.

 Voir aussi le Coup de Coeur de RST

Noter également: Pour les opéras et ballets : 18 euros sur présentation de votre carte Rochefort sur Toile

A venir: le 1er décembre

Partagez sur vos réseauxShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *