Semaine du 7 au 13 décembre à l’Apollo Ciné 8

Par Sophie, le 7 décembre 2016

Cette semaine au tarif Rochefort sur Toile – 6€ tous les jours et toutes les séances – Mercenaire, et Le client

Mercenaire, de Sasha Wolff

Synopsis

L’odyssée de Soane, un jeune Calédonien d’origine wallisienne qui laisse tout derrière lui pour tenter sa chance en métropole comme joueur de rugby. Français sans être considéré comme tel, éternel étranger, Soane est assoiffé de liberté, en lutte pour obtenir une reconnaissance qui lui fait défaut.

Les séances en version française

Me.7 Je.8 Ve.9 Sa.10 Di.11 Lu.12 Ma.13

Critique

 » Mercenaire dresse le portrait bouleversant d’un jeune homme courageux, qui traverse de multiples épreuves violentes et trouve le chemin de sa liberté… Ce qu’on retient surtout à propos de MERCENAIRE, c’est la violence qui s’en dégage. Une violence que le jeune Soane (formidable Toki Pilioko) va devoir affronter sous de multiples aspects.

Tout d’abord la violence paternelle, physique et morale, peut être difficile à supporter pour le public mais n’est jamais gratuite dans le scénario. Au contraire, elle est fondamentale pour comprendre que la décision de Soane de braver son père est le premier pas posé sur le chemin de sa liberté. Soane va en payer le prix fort ; au désarroi de son petit frère, dont on devine qu’il va subir lui aussi la tyrannie du père au départ du fils aîné, s’ajoute la violence provoquée par l’exil et le déracinement. Car MERCENAIRE est un film qui fait magnifiquement partager la culture et le sens des rituels au sein de la communauté wallisienne. Il offre la possibilité de réfléchir à la nécessité de la transmission des traditions, à travers les âges et les continents. Sacha Wolff ne s’est pas privé de donner à voir différentes cérémonies māori, et notamment celle de la danse du Haka à un moment clé du film. » Sylvie-Noëlle

 Le client, film iranien de Asghar Farhadi

Synopsis

Contraints de quitter leur appartement du centre de Téhéran en raison d’importants travaux menaçant l’immeuble, Emad et Rana emménagent dans un nouveau logement. Un incident en rapport avec l’ancienne locataire va bouleverser la vie du jeune couple.

Les séances en version originale sous-titrée

Me.7 Je.8 Ve.9 Sa.10 Di.11 Lu.12 Ma.13

Critique

« Fidèle à son univers du jeu des apparences et à sa vision humaniste des rapports humains, Asghar Farhadi livre un nouveau conte moral d’une grande rigueur d’écriture…

Le cinéaste préfère se focaliser sur la tension psychologique au sein de ce couple, après une agression dont est victime la jeune femme dans son nouvel appartement. Oscillant entre le mélodrame et l’enquête criminelle, Le Clientdevient alors un fascinant jeu de piste qui révélera la personnalité contrastée des protagonistes. À l’instar de La Séparation, Asghar Farhadi se montre scénariste et dialoguiste hors pair, apte à saisir l’ambivalence des sentiments et la dualité des protagonistes. « À chacun sa vérité », semble asséner le cinéaste dans ses films. Si l’effet de surprise et l’éblouissement que l’on éprouvait face à ses œuvres antérieures se sont un peu émoussés, force est de reconnaître que le dispositif reste d’une redoutable efficacité et confirme le moralisme humaniste d’un auteur de premier plan dans le cinéma contemporain. Gérard Crespo

Noter également: Pour les opéras et ballets : 18 euros sur présentation de votre carte Rochefort sur Toile

A ne pas manquer : Samedi 10 décembre « Cinéma Concert » à 20h30 à la Coupe D’Or

Créations musicales  de Daniel YVINEK ( Contrebassiste et multi-instruments ) autour de deux films français
CRIN BLANC – Albert Lamorisse – 1953 – FRANCE – 47 min. 
LE BALLON ROUGE – Albert Lamorisse – 1956 – FRANCE – 36 min. 

Partagez sur vos réseauxShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePin on Pinterest

1 commentaire sur “Semaine du 7 au 13 décembre à l’Apollo Ciné 8”

  1. Anka dit :

    Avec le client, Asghar Farhadi nous livre aussi l’histoire captivante d’une vengeance personnelle tout en explorant les carcans de la société iranienne.
    Anka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *