Semaine du 14 au 20 décembre à l’Apollo Ciné 8

Par Sophie, le 14 décembre 2016

Cette semaine au tarif Rochefort sur Toile – 6€ tous les jours et toutes les séances – Polina: danser sa vie, et Le client 

Polina: danser sa vie, de Valérie Muller et Angelin Preljocaj

Synopsis

Moscou, les années 1990. Depuis son enfance, Polina, jeune ballerine russe, est programmée pour entrer au Bolchoï. Lassée par la discipline de son professeur Bojinski et par son manque de liberté, elle décide de poursuivre son art en France. Au grand désespoir de ses parents. Elle quitte les pointes du ballet classique pour se lancer dans la danse contemporaine. A Aix-en-Provence, elle travaille avec la talentueuse et exigeante chorégraphe Liria Elsaj. Celle-ci veut faire de la jeune fille, une vraie artiste, avec de la personnalité. Alors qu’elle tente de mieux s’exprimer sur scène, Polina tombe amoureuse d’Adrien…

Les séances en version française

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20

Critique

 » Au bout du compte, Angelin Preljocaj et Valérie Müller n’auront pas gardé grand-chose de Polina. Le roman graphique de Bastien Vivès, succès de librairie de l’année 2011, que le producteur Didier Creste leur a un jour proposé d’adapter, aura été une base, pas un modèle. Ils en ont conservé le titre, en l’étoffant de ce commentaire programmatique, « danser sa vie ». Ils en ont repris la trame : les années de formation d’une jeune ballerine qui décide, alors qu’elle est sur le point de devenir danseuse étoile, de prendre la tangente pour rejoindre le monde libre de la danse contemporaine. Et quelques éléments ici et là, en particulier le caractère de ce personnage, buté et rebelle, qui les avait séduits.


Le reste leur appartient. Construit comme une succession de tableaux qui voient filer la jeune Polina vers son destin, le film invente un langage propre qui passe par les corps, par la danse, par les regards. Renouant avec la grande tradition de la comédie musicale hollywoodienne classique, avec des scènes dansées qui prennent littéralement en charge le récit, il brouille volontairement les frontières entre la danse et la vie. La trame narrative, simple, linéaire, est celle d’un conte de fées moderne – et féministe en un sens, puisque, en s’émancipant du milieu corseté de la danse classique, la jeune femme décide de devenir chorégraphe » Isabelle Régnier, Le Monde

Le client, film iranien de Asghar Farhadi

Synopsis

Contraints de quitter leur appartement du centre de Téhéran en raison d’importants travaux menaçant l’immeuble, Emad et Rana emménagent dans un nouveau logement. Un incident en rapport avec l’ancienne locataire va bouleverser la vie du jeune couple.

Les séances en version originale sous-titrée

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20

Critique

« Fidèle à son univers du jeu des apparences et à sa vision humaniste des rapports humains, Asghar Farhadi livre un nouveau conte moral d’une grande rigueur d’écriture…

Le cinéaste préfère se focaliser sur la tension psychologique au sein de ce couple, après une agression dont est victime la jeune femme dans son nouvel appartement. Oscillant entre le mélodrame et l’enquête criminelle, Le Clientdevient alors un fascinant jeu de piste qui révélera la personnalité contrastée des protagonistes. À l’instar de La Séparation, Asghar Farhadi se montre scénariste et dialoguiste hors pair, apte à saisir l’ambivalence des sentiments et la dualité des protagonistes. « À chacun sa vérité », semble asséner le cinéaste dans ses films. Si l’effet de surprise et l’éblouissement que l’on éprouvait face à ses œuvres antérieures se sont un peu émoussés, force est de reconnaître que le dispositif reste d’une redoutable efficacité et confirme le moralisme humaniste d’un auteur de premier plan dans le cinéma contemporain. Gérard Crespo

Noter également: Pour les opéras et ballets : 18 euros sur présentation de votre carte Rochefort sur Toile

prochainement : La fille inconnueLa fille de Brest, et Louise en hiver
en janvier : BaccalauréatPaterson , et La sociale

Prochaine soirée Rochefort sur Toile vendredi 20 janvier autour du film « La sociale » de Gilles Perret

Partagez sur vos réseauxShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *