Du 14 au 20 juin à l’Apollo Ciné 8

Par Sophie, le 14 juin 2017

La semaine du documentaire à l’Apollo Ciné 8 – Six films, 5 € la séance

Lumière, de Thierry Frémaux

freres_lumiere_1

Résumé

En 1895, les frères Lumière inventent le Cinématographe et tournent parmi les tout-premiers films de l’histoire du cinéma. Mise en scène, travelling, trucage ou remake, ils inventent aussi l’art de filmer. Chefs-d’œuvre mondialement célèbres ou pépites méconnues, cette sélection de films restaurés offre un voyage aux origines du cinéma. Ces images inoubliables sont un regard unique sur la France et le Monde qui s’ouvrent au XXe siècle. Lumière, l’aventure du cinéma commence !

Les séances en version française

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20

La Vallée des loups, de Jean-Michel Bertrand

la_vallee_des_loups_affic

Les séances en version française

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20

Résumé

Il existe encore aujourd’hui en France des territoires secrets. Ce film est une quête personnelle, l’histoire d’un pari fou tenté par un passionné rêveur, un anti héros capable de briser toutes les barrières pour parvenir à son but : rencontrer des loups sauvages dans leur milieu naturel. Après trois années passées sur le terrain à bivouaquer en pleine nature par n’importe quel temps, le réalisateur parvient à remonter la piste des loups. Petit à petit, il observe, se rapproche et finit par se faire accepter par la meute. Contre toute attente les prédateurs magnifiques offrent alors un peu de leur intimité à ce drôle de personnage. Mais le film pose aussi la question des limites de cette intimité.

I’m not your negro, de Raoul Peck    

Dans ce documentaire magistral, le réalisateur haïtien Raoul Peck reprend les mots de l’écrivain James Baldwin pour interpeller l’Amérique d’aujourd’hui sur son racisme anti-Noirs. Courrier International

Les séances en version française

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20

Les séances en version originale sous-titrée

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20

A voix haute: la force de la parole, de Stéphane De Freitas et Ladj Ly

Résumé

Chaque année à l’Université de Saint-Denis se déroule le concours « Eloquentia », qui vise à élire « le meilleur orateur du 93 ». Des étudiants de cette université issus de tout cursus, décident d’y participer et s’y préparent grâce à des professionnels (avocats, slameurs, metteurs en scène…) qui leur enseignent le difficile exercice de la prise de parole en public. Au fil des semaines, ils vont apprendre les ressorts subtils de la rhétorique, et vont s’affirmer, se révéler aux autres, et surtout à eux-mêmes. Munis de ces armes, Leïla, Elhadj, Eddy et les autres, s’affrontent et tentent de remporter ce concours pour devenir « le meilleur orateur du 93 ».

Les séances en version française

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20

Trashed, de Candida Brady     

Résumé

TRASHED suit le voyage à travers le monde de l’acteur oscarisé Jeremy Irons pour étudier les dommages causés par les déchets sur l’environnement et notre santé. De l’Islande à l’Indonésie en passant par la France et le Liban, il rencontre des scientifiques, des politiciens et des gens ordinaires dont la santé et le mode de vie ont été profondément affectés par cette pollution. Terrible et beau à la fois, ce documentaire délivre aussi un message d’espoir et montre qu’il existe des démarches alternatives pour régler le problème.

Les séances en version originale sous-titrée

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20

 Gimme danger, de Jim Jarmush

GIMME-DANGER_DCP_1998x1080

Résumé

Fan de musique depuis son adolescence, le réalisateur Jim Jarmusch revient sur l’histoire des Stooges. Bénéficiant d’images d’archives rares, il a également pu interviewer Iggy Pop et les autres membres de ce groupe de rock mythique, dont la musique marqua son époque et fut un précurseur du mouvement punk. De son vrai nom James Osterberg, Iggy Pop revient ainsi sur son enfance, quand il habitait avec ses parents dans une caravane. C’est à la fin des années 1960 que le groupe se fait remarquer sur scène, où sa musique, mélange de rock, de blues et de free jazz fait rapidement fureur…

Les séances en version originale sous-titrée

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20
 
Cent-huit films ? Au tout début du cinéma (1895), la durée des « vues animées » était soumise à l’impératif d’une pellicule de 17 mètres, correspondant à 50 seconde de visionnage. Donc 1h26 (la durée de « Lumière ! L’Aventure commence ») / 50 s. = 108 (+ générique de début et de fin). Qui d’autre que Thierry Frémaux, directeur de l’Institut Lumière de Lyon, pouvait concevoir un tel programme. Encore ! Jackie Bornet

Au tarif Rochefort sur Toile – 6€ toutes les séances – L’amant double, Rodin et Les fantômes d’Ismaël         

L’amant double, film français de François Ozon

Résumé

Chloé (Marine Vacth) souffre de maux de ventre récurrents. Sa gynécologue estimant qu’il s’agit d’un problème psychologique, elle décide de consulter le psychologue Paul Meyer (Jérémie Renier). Au fil des séances, l’état de la jeune femme s’améliore tandis que des sentiments naissent entre elle et son analyste. Finalement, Paul et Chloé entament une relation et s’installent ensemble.

Un jour, tandis que Paul est censé travailler à l’hôpital, Chloé l’aperçoit dans la rue en train de discuter avec une inconnue. Le soir, elle en parle à Paul qui lui assure qu’elle s’est trompée. Après quelques recherches, Chloé finit par découvrir l’existence d’un frère jumeau, Louis Delord, également psychologue…

Les séances en version française

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20
L’Amant double témoigne du plaisir et de l’habileté avec lesquels François Ozon manie visiblement les codes du cinéma de genre. Au niveau thématique, le récit est une nouvelle exploration des paradoxes, des contradictions et des ambiguïtés propres à un être humain « double » par nature, dans son rapport aux autres et à sa propre sexualité. Mais bien que maîtrisé dans sa forme, le film ne parvient que ponctuellement à toucher (et à troubler) le spectateur – son audace au final assez contenue et sa psychologie plus simpliste qu’il n’y paraît contribuant sans doute à limiter la portée de l’ensemble. Bertrand Mathieux

Rodin, film français de Jacques Doillon

Résumé

À Paris, en 1880, Auguste Rodin reçoit sa première commande de l’Etat : La Porte de L’Enfer composée de figurines dont certaines feront sa gloire comme Le Baiser et Le Penseur. Il partage sa vie avec Rose, sa compagne de toujours, lorsqu’il rencontre la jeune Camille Claudel, son élève la plus douée qui devient vite son assistante, puis sa maîtresse. Dix ans de passion, mais également dix ans d’admiration commune et de complicité. Après leur rupture, Rodin poursuit son travail avec acharnement. Balzac, rejeté de son vivant, deviendra le point de départ incontesté de la sculpture moderne.

Les séances en version française

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20

Jacques Doillon signe une œuvre peu commune et magnifique : tout en créant sa propre matière, il renvoie en écho l’acte créatif de Rodin comme articulation principale d’un film dont la narration n’est que secondaire. Il faut alors peut-être beaucoup aimer le travail de conception et d’élaboration artistiques en général, et plus particulièrement celui de Rodin pour entrer dans ce film miroir qui loin d’un biopic vise à sacraliser une œuvre à jamais immortelle. Où l’on voit les affres de l’artiste face à la glaise qu’il tutoie sévèrement avant de lui donner la forme adéquate. Et puis Camille Claudel. Son histoire s’inscrit pleinement sur la palette du réalisateur toujours aussi proche de la vérité que les étreintes des amants sont des esquisses sculpturales. De l’écran à la sellette, le même vertige de la création. La même passion. Entre Rodin et Doillon, une belle osmose célébrée par une palette de comédiens ad hoc. L’heure de la sortie

« De toutes mes forces » évite sciemment les discours moralisateurs et larmoyants au profit de beaux et longs silences lourds de conséquence. Bon choix. Wesley Bodin

La qualité première du film se trouve dans le casting, qu’il s’agisse d’acteurs professionnels (l’impériale Yolande Moreau ou la jeune Jisca Kalvanda) ou débutants, comme le héros incarné par Khaled Alouach, dont on entendra parler. Chad Chenouga a su – et c’est assez rare pour le souligner – diriger les adolescents avec une grande justesse, évitant la plupart des clichés et canalisant l’énergie brute d’acteurs non-professionnels. On regrette parfois que le scénario suive la trajectoire archi-classique du jeune héros se battant pour s’extraire de son sort, mais la mise en scène alerte et le refus du pathos apportent à l’ensemble un charme pénétrant. Hugo BrownCe menteur professionnel, qui ne se remet pas de la perte de sa mère, avec un brin de culpabilité non avoué et non assumé – du moins au début du film –, abuse de la gentillesse des gens qui l’entourent et n’en fait qu’à sa tête. Il joue un rôle face à tous ses camarades, ses profs, le personnel du centre et lui-même… Olivier Bachelard, Abus de Ciné

Les fantômes d’Ismaël, film français d’Arnaud Desplechin

Résumé

Une femme disparue depuis 21 ans refait surface et bouleverse la vie de son mari et de sa nouvelle compagne.

Dans Les Fantômes d’Ismaël, film-somme d’Arnaud Desplechin, qui donnera le coup d’envoi du Festival de Cannes et sortira le 17 mai au cinéma. Indispensable.

Dans ce film porté par la fougue, se croisent des vivants et des morts. Ici Ismaël, un réalisateur psychiquement agité (Mathieu Amalric), qui tente de nourrir une fiction de cinéma inspirée du parcours diplomatique de son frère, Ivan (Louis Garrel). Son ami cinéaste, Bloom (László Szabó), inconsolable depuis la disparition de sa fille, Carlotta (Marion Cotillard), projette en boucle, sur un écran domestique, des diapositives d’elle enfant. Voici aussi Sylvia (Charlotte Gainsbourg), astrophysicienne, qui partage la vie d’Ismaël, qu’elle aime d’une infinie douceur.
Un beau jour, comme sortie des flots marins, Carlotta refait surface. Elle, dont chacun avait plus ou moins fait le deuil, s’incarne à nouveau et se présente au regard des siens. Quel vertige ! Dans une scène en bord de mer, d’une très belle sobriété (contrastant avec le caractère quasi baroque de l’ensemble), elle viendra tendre la main à Sylvia et tentera de réinvestir la vie et le territoire de son mari, Ismaël. Anne-Claire Cieutat 

Les séances en version française

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20

Les Fantômes d’Ismaël, traversé par l’eau vive, exulte, déclare son amour à la fiction, au cinéma, à l’art, à la vie. Il nous invite à rejoindre notre axe, à vivre en phase avec le moment présent. Il tord ainsi le cou aux esprits chagrins, et fait la nique aux névroses diaboliques. Pour peu qu’on soit suffisamment en forme pour le recevoir (Les Fantômes d’Ismaël n’est pas un film reposant !), il incite au mouvement, à la marche, et croit en l’amour vrai et possible. Car, oui, Desplechin peut aussi être sentimental. Son film est une source d’alacrité. Il lui va bien au teint. Bande-a-part

Egalement les films d’animation 4 € la séance 

La grande course au fromage        

Les séances en version française

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20

Molly Monster

Les séances en version française

Me.14 Je.15 Ve.16 Sa.17 Di.18 Lu.19 Ma.20

A noter! La Fête du cinéma

Du dimanche 25 au mercredi 28 juin 2017 inclus. tous les films sur grand écran au tarif exceptionnel de 4 euros* la séance pendant 4 jours.

Pour les opéras et ballets, 18 euros sur présentation de votre carte Rochefort sur Toile

Partagez sur vos réseauxShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePin on Pinterest

2 commentaires sur “Du 14 au 20 juin à l’Apollo Ciné 8”

  1. Ana Andrade dit :

    Je viens d’aller voir Lumière ! Une pure merveille cent pour cent cinéma.
    La joie de la création alliée au plaisir de la découverte de cette nouvelle technologie transparait dans chacune des 108 séquences d’une cinquantaine de secondes présentées dans ce documentaire.
    La vie quotidienne mise en scène avec drôlerie et une maîtrise incontestable de l’image. Les joies et les petites peines de gens ordinaires mises en scène pour nous offrir un excellent moment.
    Il reste encore quelques séances vers 18H alors n’hésitez pas après la plage allez-y.

  2. Ana Andrade dit :

    I am not your negro.

    J’étais seule ce matin dans la salle et j’ai pensé quel gâchis ! Non pas que la solitude me pèse mais ce film fait partie de ces incontournables qu’il faudrait voir.

    Baldwin revient sur la frontière si fine entre témoin et acteur et ne notre peur de la traverser parfois, souvent, trop souvent.
    Il parle si bien de notre peur de l’autre, de sa différence et de notre fuite, face à son arrogance.
    Il dit l’engagement d’êtres humains pour la liberté d’autres êtres humains.
    Il oppose les différentes formes que peuvent prendre certaines luttes.
    Il nous renvoie à notre responsabilité par une simple phrase – « History isn’t past. History is present. »

    Encore quelques séances … alors allez le voir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *