Ciné-Rencontre Zombillénium – vendredi 20 octobre à 20h30

Par Ana, le 11 octobre 2017

En ouverture du cycle Cinéma d’animation français, et à l’occasion de sa sortie nationale, Rochefort sur Toile vous propose sur soirée Ciné-Rencontre autour du film Zombillénium de Arthur de Pins et Alexis Ducord – 2017 (1H20), le vendredi 20 octobre à 20h15, suivi d’une rencontre avec Anthony Combeau, directeur du Studio2 Minutes d’Angoulême qui est co-producteur.

 « Aujourd’hui pour l’animation française c’est l’âge d’or …, l’excellence des jeunes animateurs français est reconnue internationalement. L’animation française ne cesse de se réinventer, d’interroger cette écriture si singulière qu’est le mouvement image par image. C’est un moyen de raconter le monde autrement … » Sébastien Laudenbach.

Pratique

Vendredi 20 octobre à 20h15
Tarif unique : 6 euros
Lieu : Apollo Ciné 8 – Rochefort

Synopsis

Dans le parc d’attraction Zombillénium, les monstres ont le blues.

Non seulement, zombies, vampires, loups garous et autres démons sont de vrais monstres dont l’âme appartient au Diable à jamais, mais en plus ils sont fatigués de leur job, fatigués de devoir divertir des humains consuméristes, voyeuristes et égoïstes, bref, fatigués de la vie de bureau en général, surtout quand celle-ci est partie pour durer une éternité…

Tout change à l’arrivée d’Hector, un humain, contrôleur des normes de sécurité, bien déterminé à fermer l’établissement. Francis, le Vampire qui dirige le parc, n’a pas le choix : il doit le mordre pour préserver leur secret. Muté en drôle de monstre, séparé de sa fille Lucie, et coincé dans le parc, Hector broie du noir…

Et s’il devenait finalement la nouvelle attraction phare de Zombillénium ?…

 

 

La réalisation

Le co-réalisateur, co-scénariste et illustrateur

Arthur de Pins s’est illustré à travers plusieurs courts métrages d’animation dont La Révolution des Crabes (Primé dans 45 festivals dont le Prix du Public à Annecy, Mention Spéciale du Jury à Clermont Ferrand, Grand Prix Anima à Bruxelles, le Lutin du meilleur court-métrage d’animation…) et Géraldine (Prix du meilleur film de fin d’études à Annecy, Prix du Public Court Toujours à Lyon…).

Il a également travaillé comme créateur graphique et réalisateur sur plusieurs séries d’animation.

Illustrateur renommé, il est l’auteur de trois collections de bandes dessinées : Péchés Mignons, La Marche du Crabe et Zombillénium, qui complètent ses films d’animation, ses séries télévisuelles et son travail d’illustrateur.

Le co-réalisateur, co-scénariste et storyboarder

Spécialiste du storyboard d’animation (Un Monde truqué), diplômé des Gobelins en 2000, Alexis Ducord a participé a plus d’une vingtaine de séries d’animation dont Lucky Luke (France Télévision) ou dernièrement Milly Miss Question (France 5) et également des publicités.

Très technique, il fait aussi du montage et de l’animation sur tous ses projets, ainsi qu’en 2013 pour la série réalisée par Jul, Silex and the city (Arte).

Depuis 2010, il travaille essentiellement sur des longs métrages de cinéma.

La musique

Le compositeur

Déterminé depuis son plus jeune âge à devenir musicien, Éric Neveux a 25 ans lorsqu’il rencontre le réalisateur François Ozon tout juste sorti de la FEMIS. Il compose la musique de son premier moyen-métrage Regarde la Mer puis celle de son premier long-métrage Sitcom.

Sa rencontre avec Patrice Chéreau sur le film Ceux qui m’aiment prendront le train – Sélection Officielle Festival de Cannes 1997 – sera déterminante. Elle marque le début d’une longue collaboration avec le réalisateur qu’il retrouvera sur Intimité – Ours d’Or Festival de Berlin 2001 – puis sur Persécution – Mostra de Venise 2009.

Dans la droite ligne de sa relation avec François Ozon et Patrice Chéreau, il continue à privilégier des films d’auteurs originaux et exigeants. Éric Neveux signe la partition de plusieurs films du réalisateur Rachid Bouchared dont les deux premiers volets de sa trilogie américaine Just Like a Woman (2013) avec Sienna Miller et Golshifteh Farahani, et La Voie de l’Ennemi (2014) avec Forest Whitaker et Harvey Keitel, et La Route d’Istanbul (2016), tous deux présentés en compétition officielle du Festival de Berlin.

Parmi les films qui reflètent le mieux cet attachement aux films d’auteurs, on peut citer L’Attentat de Ziad Doueiri (en compétition à Toronto et Telluride aux USA) , La Vie Domestique d’Isabelle Czajka ou La Tête Haute d’Emmanuelle Bercot (Film d’Ouverture Festival de Cannes 2015).

L’interprète

Mat Bastard est l’ancien chanteur, compositeur et auteur du groupe Skip The Use formé à Lille en 2007 et dissous depuis 2016.

Il poursuit une carrière solo et son 1er album Loov parait en juin 2017 (single More Than Friends).

Il signe les chansons de Zombillénium et joue le personnage de Sirius.

Dans la presse

Propos recueillis lors du dernier festival d’Annecy, par Guillemette Odicino pour Télérama

Classé dans les dix révélations du festival de Cannes 2017 par Le Figaro.fr, qui écrit à cette occasion :

« Il aura fallu à Arthur de Pins près de six années de travail pour porter sur grand écran les aventures de ses chers monstres. De la bande dessinée, il a gardé le décor et certains de ses personnages. Le héros Hector est, lui, créé spécialement pour le film. La relation à distance qui l’unit à sa fille, alors qu’il est condamné à travailler dans le parc, joue sur la corde sensible. En seconde lecture, on retrouve la lutte des classes entre les monstres. Les vampires à la sauce Twilight sont les nantis de cette monstrueuse équipe tandis que les zombies, plus décomposés et forcément moins sexy, sont affiliés aux tâches ingrates. Zombillénium abuse peut-être un peu trop du second degré mais la recette fonctionne et on prend volontiers son ticket pour en explorer son univers. « 

Galerie photos

 

Prochaines soirées ciné-débat

Dans le cadre du cycle de son Cycle de Cinéma d’animation français, Rochefort sur Toile, vous proposera tout au long du mois de novembre trois soirées événements.

Vendredi 3 novembre à 20H15 – Hommage à Paul Grimault

avec la projection conjointe du film Le roi et l’oiseau et du court-métrage Le petit soldat lors d’une soirée animée par Pascal Vimenet, critique, auteur et enseignant spécialisé.

Paul Grimault (1905-1994)  – César d’honneur en 1989

C’est après avoir réalisé plusieurs films publicitaires et courts métrages d’animation qu’en 1947 Paul Grimault s’associe avec Jacques Prévert pour l’ouverture de leur maison de production, Les Gémeaux (1947-1953).

Toutefois, dès 1951 Paul Grimault créera une seconde société d’animation, Les Films Paul Grimault, qui outre Le roi et l’oiseau, produira ses films jusqu’à sa collaboration avec Jacques Demy en 1988 pour La table tournante.

 

Jeudi 9 novembre à 20H15 – Soirée innovante autour Sébastien Laudenbach

avec la projection du film La fille sans mains suivie d’une vidéo du réalisateur Sébastien Laudenbach expliquant la genèse du film.

Après une dizaine de courts métrages, en 2016 Sébastien Laudenbach réalise en solitaire sur une année son premier long métrage La jeune fille sans mains en conservant le style épuré de son court métrage Journal (1997).

Le film obtient la mention du jury au festival d’Annecy 2016.

 

 

 

Vendredi 17 novembre à 20H15 – Hommage à Jean-François Laguionie

avec la projection du film Louise en hiver suivie d’une rencontre avec Dominique Frot, comédienne de cinéma et de théâtre, originaire de Rochefort, et qui prête sa voix à Louise.

C’est avec le soutien de Paul Grimault que Jean-François Laguionie produit ses trois premiers courts métrages. En 1978, il obtient la Palme d’Or à Cannes ainsi qu’un César pour La traversée de l’Atlantique à la rame réalisé en papier découpé, comme La demoiselle et le violoncelliste : même style naïf, même univers aquatique qui vire au fantastique.

Dès 1979, il crée La Fabrique, lieu qui réunit réalisateurs et artistes où il travaille 5 ans pour réaliser son premier long métrage, Gwen et le livre de sable (1985), suivi de Le château des singes (1999), L’île Black Mor (2004), Le tableau (2011) et Louise en hiver (2016).

Il prépare actuellement ces deux prochains longs métrages Le voyage du prince et Slocum.

Partagez sur vos réseauxShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *