Cycle Cinéma d’animation français du 18 octobre au 21 novembre à l’Apollo Ciné 8

Par Ana, le 18 octobre 2017

 « Aujourd’hui pour l’animation française c’est l’âge d’or …, l’excellence des jeunes animateurs français est reconnue internationalement. L’animation française ne cesse de se réinventer, d’interroger cette écriture si singulière qu’est le mouvement image par image. C’est un moyen de raconter le monde autrement … » Sébastien Laudenbach.

Pratique

Du 18 octobre au 20 novembre, les cinq films du cycle seront programmés plusieurs fois au cinéma Apollo Ciné 8, les horaires seront communiqués fin octobre sur notre blog, sur notre page Facebook et sur le site de l’Apollo Ciné 8.

Tarif : Pass 4 films 14 euros – Le 5ème film est à 6 euros sur présentation de votre carte d’adhérent Rochefort sur Toile ou de votre pass

Lieu : Apollo Ciné 8 – Rochefort

Quatre soirées ciné-événement – Cinq films

Dans le cadre du cycle de son Cycle de Cinéma d’animation français, Rochefort sur Toile, vous propose quatre soirées événements et cinq films.

Vendredi 20 octobre à 20H15 – Zombillénium en sortie nationale le 18 octobre

Projection du film Zombillénium suivie d’un entretien avec Anthony Combeau, directeur du Studio 2 Minutes d’Angoulême, co-producteur du film.

Dans le parc d’attraction Zombillénium, les monstres ont le blues. Non seulement, zombies, vampires, loups garous et autres démons sont de vrais monstres dont l’âme appartient au Diable à jamais, mais en plus ils sont fatigués de leur job, fatigués de devoir divertir des humains consuméristes, voyeuristes et égoïstes, bref, fatigués de la vie de bureau en général, surtout quand celle-ci est partie pour durer une éternité…
Tout change à l’arrivée d’Hector, un humain, contrôleur des normes de sécurité, bien déterminé à fermer l’établissement. Francis, le Vampire qui dirige le parc, n’a pas le choix : il doit le mordre pour préserver leur secret. Muté en drôle de monstre, séparé de sa fille Lucie, et coincé dans le parc, Hector broie du noir…
Et s’il devenait finalement la nouvelle attraction phare de Zombillénium ?

 

Vendredi 3 novembre à 20H15 – Hommage à Paul Grimault

avec la projection conjointe du film Le roi et l’oiseau et du court-métrage Le petit soldat lors d’une soirée animée par Pascal Vimenet, critique, auteur et enseignant spécialisé.

Paul Grimault (1905-1994)  – César d’honneur en 1989

C’est après avoir réalisé plusieurs films publicitaires et courts métrages d’animation qu’en 1947 Paul Grimault s’associe avec Jacques Prévert pour l’ouverture de leur maison de production, Les Gémeaux (1947-1953).

Toutefois, dès 1951 Paul Grimault créera une seconde société d’animation, Les Films Paul Grimault, qui outre Le roi et l’oiseau, produira ses films jusqu’à sa collaboration avec Jacques Demy en 1988 pour La table tournante.

 

Jeudi 9 novembre à 20H15 – Soirée innovante autour Sébastien Laudenbach

avec la projection du film La fille sans mains suivie d’une vidéo du réalisateur Sébastien Laudenbach expliquant la genèse du film.

Après une dizaine de courts métrages, en 2016 Sébastien Laudenbach réalise en solitaire sur une année son premier long métrage La jeune fille sans mains en conservant le style épuré de son court métrage Journal (1997).

Le film obtient la mention du jury au festival d’Annecy 2016.

 

 

 

Vendredi 17 novembre à 20H15 – Hommage à Jean-François Laguionie

avec la projection du film Louise en hiver suivie d’une rencontre avec Dominique Frot, comédienne de cinéma et de théâtre, originaire de Rochefort, et qui prête sa voix à Louise.

C’est avec le soutien de Paul Grimault que Jean-François Laguionie produit ses trois premiers courts métrages. En 1978, il obtient la Palme d’Or à Cannes ainsi qu’un César pour La traversée de l’Atlantique à la rame réalisé en papier découpé, comme La demoiselle et le violoncelliste : même style naïf, même univers aquatique qui vire au fantastique.

Dès 1979, il crée La Fabrique, lieu qui réunit réalisateurs et artistes où il travaille 5 ans pour réaliser son premier long métrage, Gwen et le livre de sable (1985), suivi de Le château des singes (1999), L’île Black Mor (2004), Le tableau (2011) et Louise en hiver (2016).

Il prépare actuellement ces deux prochains longs métrages Le voyage du prince et Slocum.

 

En bonus, le film Le tableau qui sera projeté tout au long du cycle

Un peintre a commencé un grand tableau figurant un château , des jardins et une forêt. Mais, il a laissé son oeuvre inachevée, instituant une inégalité entre les personnages qu’il a représentés. Pour restaurer l’harmonie, trois des personnages décident de retrouver le peintre et de lui demander de terminer son tableau..

J.F. Laguionie et son auteure Anik Le Ray, pour la conception du personnage principal, se sont inspirés de la peinture des années 30 : Matisse ou Derain, Bonnard pour sa palette, et de Gaudi pour les décors.

 

Partagez sur vos réseauxShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *