Du 5 au 11 décembre 2018 à l’Apollo Ciné 8

Par Sophie, le 5 décembre 2018

A l’Apollo Ciné 8 cette semaine du 5 au 11 décembre, Eté 93 de Carla Simón, au tarif Rochefort sur Toile : 6€ toutes les séances.

D’autres soirées autour du cinéma cette semaine : Apéro-Ciné « la musique au cinéma », le 6 décembre à 18h30, et

Ciné Concert avec Daniel Yvinec, Théâtre de La Coupe d’Or – Samedi 8 décembre à 20 h30 (accueil du public et placement à 20 h)

Eté 93

de Carla Simón

Les séances en version originale sous-titrée

Me.5 Je.6

Ve.7

Sa.8 Di.9 Lu.10

Ma.11

Synopsis

Suite à la mort de ses parents, Frida, 6 ans, quitte Barcelone et part vivre à la campagne chez son oncle et sa tante et leur petite fille de 3 ans. Le temps d’un été, l’été 93, Frida apprendra à accepter son chagrin, et ses parents adoptifs apprendront à l’aimer comme leur propre fille.

Critiques

Le premier long-métrage de la Catalane Carla Simon peut se présenter comme la chronique estivale d’une petite fille de 6 ans dont les parents sont morts. Ce serait pourtant passer à côté du film que de le réduire à un sujet aussi écrasant. La beauté de ce coup d’essai tient à ce que l’on ne sait, de prime abord, pas bien de quoi il retourne. Son véritable sujet, beaucoup plus secret, se situe dans les interstices du film, et ne se précise que dans la durée, bien qu’un indice nous soit donné dès la première scène, lorsque l’on découvre la petite Frida jouant avec d’autres gamins dans une rue de Barcelone. L’un d’eux lui lance : « Pourquoi tu ne pleures pas ? » Question apparemment anodine qui trouvera un écho bouleversant à l’autre extrémité du film.  Mathieu Macheret, Le Monde

Eté 93 s’intéresse plus exactement à la phase qui précède la prise de conscience, le moment du déni. Telle une ligne tracée à la craie qu’il suffirait de franchir en sautant à pieds joints, Frida feint de croire qu’elle peut encore entrer en communication avec sa mère.  Emily Barnett, les Inrocks

Frida, 6 ans, doit quitter son appartement de Barcelone pour aller vivre chez son oncle, à la campagne. Ses parents sont morts du sida. Ce secret tabou, on le devine par petites touches. Cette délicatesse se retrouve dans la mise en scène qui ne quitte jamais le point de vue de l’enfant — Laia Artigas est épatante de naturel. Carla Simón a le bon goût de rejeter le pathos pour privilégier les sensations de la fillette dans sa découverte de la forêt, dans ses relations conflictuelles ou complices avec sa nouvelle famille, puis dans l’acceptation du deuil et du chagrin. Une retenue très émouvante. Samuel Douhaire, Télérama

Il est encore temps d’adhérer à Rochefort sur Toile pour la saison 2018-2019 !!! ici >>>> formulaire de d’adhésion

Et toujours :

Les spectacles de la COMEDIE-FRANCAISE de Paris, du BOLCHOI de Moscou, du METROPOLITAN de New York : 18€ sur présentation de votre carte Rochefort sur Toile.
Pour d’autres informations , explorez le site au moyen des mots clés et onglets en haut de la page.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *