Du 17 au 23 avril 2019 à l’Apollo Ciné 8

Par Sophie, le 17 avril 2019

A l’Apollo Ciné 8 cette semaine du 17 au 23 avril 2019, Monsieur Link  de Chris Butler et Dumbo de Tim Burton, au tarif Rochefort sur Toile : 6€ toutes les séances

Monsieur Link

Film d’animation américano canadien de Chris Butler (1h35)

avec les voix française de Thierry Lhermitte et Eric Judor

Synopsis

Monsieur Link est une créature surprenante, étonnamment intelligente et surtout incroyablement attachante. Dernier vestige de l’évolution humaine et unique représentant de son espèce, Monsieur Link se sent seul… Pour l’aider à retrouver ses parents éloignés, il approche l’explorateur Sir Lionel Frost, le plus grand spécialiste des mystères et des mythes. Accompagnés par l’aventurière Adelina Fortnight qui possède l’unique carte qui leur permettra d’atteindre leur destination secrète, ils se lancent dans une odyssée à travers le monde.

Séances en Version Française (VF)
Me.17 Je.18 Ve.19 Sa.20 Di.21 Lu.22 Ma.23
13h30 13h45 13h30 13h30 11h00 13h30 13h45
15h45 15h45 15h45 15h45 13h30 15h45 15h45
20h15 20h15 20h15 20h15 15h45 20h15 20h15

Critiques

Réalisateur de « L’étrange pouvoir de Norman » sorti en 2012 et scénariste plus récemment du superbe « Kubo & l’amure magique », Chris Butler revient cette année avec un tout nouveau film d’animation : « Monsieur Link ». Une grande épopée qui parcours le monde entier et certains de ses fameux mythes (ici la vallée perdue de Shangri-La ou encore le Loch Ness) en revisitant avec beaucoup d’humour le genre de films d’aventures, de grandes explorations… sans oublier de faire passer de jolis messages d’amitié, de tolérance et de courage, comme on en a certes souvent l’habitude dans ce genre de films, mais qui reste toujours aussi appréciable dans la façon dont ces thèmes et morales sont traités.

Le film peut compter sur des dialogues et des blagues qui parviennent à toucher tous les âges et ce sur de nombreux niveaux de lectures possibles. C’est aussi une animation mêlant Fx et stop-motion toujours soigneusement travaillée que propose les studios Laika et encore une fois, un casting vocal de qualité avec Hugh Jackman, Zoe Saldana ou encore Emma Thompson pour la version anglaise et Thierry Lhermitte, Eric Judor du côté de chez nous. Monsieur Link ne réinvente rien en terme d’animation ou d’histoire mais vient proposer de bonnes idées qui font passer un agréable et joli moment. Un petit plaisir qu’on ne boudera pas. La critique de Charles Vignon (ZICKMA) 

Si les méchants sont sans réel complexité, Monsieur Link fait la part belle aux personnages féminins, particulièrement celui d’Adelina, une jeune espagnole « badass » à la répartie géniale qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, et surtout pas par Lionel Frost. Sans oublier celui de la grand-mère tibétaine au poulet sur la tête et de la grande reine aux longs poils de yéti (cherchez pas, vous comprendrez en voyant le film).
Enfin, comme dans tous les bons films d’animation en volume, l’humour très british, fait de gags visuels, d’objets tombant sur la tête des gens, de situations cocasses, parfois absurdes où les personnages se parlent sans se comprendre, est absolument délicieux.
Le long-métrage reste techniquement réussi. Les mouvements des marionnettes sur l’océan, sous la pluie, sont tout à fait remarquables. Aucune raison, donc, de bouder son plaisir. Arthur Champilou (àVOIRàLIRE)

Dumbo

Film américain de Tim Burton, Aventures (2h04)

Synopsis

Les enfants de Holt Farrier, ex-artiste de cirque chargé de s’occuper d’un éléphanteau dont les oreilles démesurées sont la risée du public, découvrent que ce dernier sait voler…

Séances en Version Française (VF)
Me.17 Je.18 Ve.19 Sa.20 Di.21 Lu.22 Ma.23
15h30 15h30 15h30 15h30 10h50 15h30 15h30
20h00 20h00 19h45 19h45 15h30 20h00 20h00
20h00

Critiques

Travaillant constamment la photographie et les textures, comme l’enchevêtrement de techniques en dur et du numérique, le réalisateur retrouve une richesse graphique qu’il paraissait avoir abandonnée. Et alors qu’il s’immerge totalement dans cette fable où ses thèmes récurrents s’égrènent les uns après les autres, il nous fait la surprise de l’émotion.

Elle prend de l’ampleur avec la déclaration d’amour au spectacle vivant qui structure le film. En particulier lors d’un dernier acte où les blessés se relèvent et où les bonimenteurs bonimentent, à la faveur d’une séquence qui s’amuse à multiplier les illusions au sein d’un même plan. Une séquence pour mieux en appeler au souvenir d’un cinéma analogique, à l’amour dévorant de trucage qu’on ne s’attendait à revoir dans un blockbuster de tonton Mickey.

Même la partition aussi envahissante que grossière de Danny Elfman ne peut rien y faire, pas plus que l’animation parfois vilaine du petit éléphant : il émane du film de purs saillies sentimentales, de longues plages d’émerveillement, auxquelles les remakes live de Disney ne nous avaient pas habitués.

Parce qu’à la manière d’un monstre de foire, Dumbo ne se laisse jamais appréhender ou attraper, qu’il déjoue les enjeux attendus et se renouvelle sans cesse, il touche au cœur.  Simon Riaux, Ecran Large

Grand cirque créatif mêlant des numéros d’une beauté infinie à la tristesse de l’envers du décor. Le rire est parfois cruel. Micro-critique de Vince490

Adhérer à Rochefort sur Toile pour la saison 2018-2019 !!! ici >>>> formulaire de d’adhésion

Et toujours :

Les spectacles de la COMEDIE-FRANCAISE de Paris, du BOLCHOI de Moscou, du METROPOLITAN de New York : 18€ sur présentation de votre carte Rochefort sur Toile.
Pour d’autres informations , explorez le site au moyen des mots clés et onglets en haut de la page.

Partagez sur vos réseauxShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *