Les films scandaleux du dernier apéro-ciné

Par Philippe Menneteau, le 21 août 2020

Jeudi 13 août, vous étiez nombreux à participer à notre apéro-ciné spécial « Les scandales au cinéma » à l’Auberge de Jeunesse de Rochefort et nous vous en remercions.

Prochain apéro-ciné certainement en septembre mais le thème n’est pas encore défini et dépendra certainement de l’actualité cinématographique ou des animations liées à Rochefort sur Toile. Date à venir…

Voici la liste des films qu’il fallait deviner, bien évidemment cette liste est loin d’être exhaustive.

La liste des films

  • 1974, une partie de campagne (Raymond Depardon; réalisé initialement en 1974 donc, censuré par VGE certainement en raison d’un coup de peigne inopportun jusqu’à sa sortie officielle en 2002; le peigne ne pouvant certainement plus témoigner)
  • Un Chien Andalou (Luis Bunuel/Salvador Dali; 1929), évoqué également « L’âge d’Or » (des mêmes avant leur brouille; 1930)
  • Les Amants (Louis Malle; 1958)
  • Baise-moi (Virginie Despentes et Coralie Trinh-Thi; 2000)
  • Basic Instinct (Paul Verhoeven; 1992) où comment Sharon Stone a bien fait d’y réfléchir à deux fois avant d’envisager de tout plaquer et reprendre ses études, finalement convaincue par la confiance absolue de Verhoeven)
  • La Bataille d’Alger (Gillo Pontecorvo; 1966)
  • Les Cent fusils (Tom Gries; 1969; avec Raquel Welch et Jim Brown)
  • Le Chagrin et la pitié (Marcel Ophuls; 1969) conseillé par Woody Allen comme idée de sortie pour un premier rencard.
  • Crash (David Cronenberg; 1996)
  • La Dernière tentation du Christ (Martin Scorsese; 1988)
  • L’Exorciste (William Friedkin; 1973), évoqués également Cruising-La Chasse (1980) et Le Convoi de la peur (Sorcerer; 1979), Nuit et brouillard (Alain Resnais; 1956); Onibaba, les tueuses (Kaneto Shindo; 1964) pour l’emploi et l’influence des images subliminales.
  • Extase (Gustav Machaty; 1933; avec Hedy Lamarr) Premier nu intégral au cinéma.
  • La Grande bouffe (Marco Ferrari; 1973)
  • La Horde sauvage (Sam Peckinpah; 1969)
  • L’Humanité (Bruno Dumont; 1999)
  • Les Idiots (Lars Von Trier; 1998)
  • Irréversible (Gaspard Noé; 2002)
  • Je vous salue Marie (Jean-Luc Godard; Grand Suisse; 1985)
  • Larry Flynt (Milos Forman; 1996)
  • La Maman et la putain (Jean Eustache; 1973)
  • Portier de nuit (Liliana Cavani; 1974)
  • Prêteur sur gage (« The pawnbroker« ; Sidney Lumet; 1964) première atteinte au code Hays, sévissant aux Etats-Unis de 1934 à 1966.
  • R.A.S. (Yves Boisset; 1973)
  • La Religieuse (Jacques Rivette; 1967)
  • Les Sentiers de la gloire (Stanley Kubrick; 1957)
  • Théorème (Pier Paolo Pasolini; 1967)
  • Une femme mariée (Jean-Luc Godard; 1964), titre modifié à la demande de la censure (LA Femme mariée), faudrait pas généraliser non plus!
  • Les Valseuses (Bertrand Blier; 1974)

Films également évoqués mais hors quizz:

• D’autres films de Louis Malle (La Petite; Lacombe Lucien; Le Souffle au coeur…)

• D’autres films également de Bertrand Blier (Beau-père; Tenue de soirée…), ceux de Lars Von Trier (Antichrist, Nymphomaniac, The House that Jack built…), ceux de Verhoeven (Robocop, Showgirls, Starship Troopers, Spetters, toute sa filmographie en fait), ceux d’Yves Boisset, Le juge Fayard, dit le shériff (1976), Dupont-Lajoie (1975), Un Condé (1970), L’Attentat (1972), ceux de Bruno Dumont, La vie de Jésus (1997); Flandres (2006), Twentynine palms (2003), Hors Satan (2011).

Orange mécanique, Lolita (Kubrick); La dernière femme (Marco Ferrari); Emmanuelle (Just Jaekin); L’Empire des sens (Nagisa Oshima); Salo ou les 120 jours de Sodome et Gomorre (P.P. Pasolini); Le Diable au corps (Marco Bellochio); The Brown bunny (Vincent Gallo); 37°2 le matin (Jean-Jacques Beinex); Baby Doll (Elia Kazan); Le Dernier tango à Paris (Bernardo Bertolucci); Funny Games (Michael Haneke); Et Dieu créa la femme (Roger Vadim); Le Petit soldat (J.L. Godard); Massacre à la tronçonneuse (Tobe Hooper); Cannibal Holocaust (Ruggero Deodato); La nuit des morts-vivants (George Romero).

 

Voilà de quoi voir ou revoir quelques objets du scandale si le coeur vous en dit…

 

© Photo illustration tirée du film « Basic Instinct » de Paul Verhoeven.

Partagez sur vos réseauxShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *