COMING HOME

Par rochefort.sur.toile, le 20 janvier 2015

Horaires : ICI

tumblr_ngts0l7OK91turrb0o2_1280

SYNOPSIS
Dan Dan est une danseuse prometteuse mais un rôle qu’elle convoitait ne lui a pas été confié à cause de Lu Yanshi, son père, un opposant politique. Alors que la jeune fille ambitieuse, jure de servir le parti coûte que coûte, sa mère Feng Wanuy tremble pour son mari. Celui-ci se cache mais se fait finalement arrêté. Il passe de longues années en prison et finit par être libéré à la fin de la Révolution culturelle. Feng Wanuy attend son époux mais, à cause du traumatisme, finit par perdre la mémoire. Quand Lu Yanshi rentre enfin dans son foyer, elle ne le reconnait pas. Et à chaque fois qu’il se présente à elle, elle le prend à chaque fois pour une personne différente…

LA CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE DU 17/12/2014

C’est l’histoire d’une femme et d’un pays amnésiques. Feng (Gong Li) ne reconnaît pas son mari, une des innombrables victimes de la Révolution culturelle, lorsqu’il revient chez lui au bout de dix ans… La Chine, elle, a longtemps, re­fusé d’admettre les désastres causés par Mao et ses gardes rouges. C’est la première fois, sans doute, que l’on voit une jeune fille avouer à son père ses remords de l’avoir dénoncé, jadis, aux autorités. La scène est déchirante, mais douce, presque apaisée. Comme si le temps avait cicatrisé les plaies…
Par pudeur — ou par peur —, Zhang Yimou n’a pas voulu tourner un pamphlet vengeur. La critique politique imprègne son film, mais elle est masquée sous le lyrisme et les artifices d’un ­mélo à l’ancienne. Presque désuet. Le ciné­aste y retrouve, curieusement, l’humanisme d’un Vittorio de Sica multipliant, en fin de carrière, des odes au talent de sa star favorite, Sophia Loren. Zhang Yimou filme Gong Li, sa complice de toujours (du Sorgho rouge, en 1987, à La Cité interdite, en 2006), avec la même tendresse. La même attention. Lorsqu’il la montre dans une gare, attendant pour toujours, et en vain, l’homme qui se tient en fait à ses côtés, on ne sait pas qui est le plus ému. Elle. Lui. Ou le spectateur. — P.M.

TELERAMA

 

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=qSlLc9UUDBk&w=560&h=315]

 

Toujours au tarif Rochefort sur toile

Les Héritiers

de MC Mention-Schaar

Horaires dans le programme en en tête.

Synopsis et critique semaine précédente

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *