Soirée-rencontre « A peine j’ouvre les yeux » – mardi 19 juillet 2016 à 20h15

Par Christelle, le 11 juillet 2016

Projection et rencontre autour du film tunisien de Leyla Bouzid

 

Premier long métrage coup de poing qui combine combat politique et musique étourdissante, à travers le portrait de Farah l’insoumise, c’est la soif de liberté de toute une génération qui s’exprimer.
La projection sera suivie d’une rencontre avec Ghalia Benali, chanteuse et artiste tunisienne.
Cette soirée est organisée en partenariat avec le festival En Accord Imprévisible et Inattendu, qui se déroulera du 21 au 23juillet à Tonnay-Charente, Cabariot, St-Hippolyte et Rochefort.

Lieu : Apollo Ciné 8 – Rochefort

Tarif unique : 6 euros
Prévente des billets au cinéma

Détails sur le film « A peine j’ouvre les yeux »

Réalisation : Leyla Bouzid
Avec Baya Medhaffar, Ghalia Benali, Aymen Omrani
Année : 2015
Durée : 102 min

Synopsis

Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution, Farah, 18 ans, passe son bac et sa famille l’imagine déjà médecin… mais elle ne voit pas les choses de la même manière.
Elle chante au sein d’un groupe de rock engagé. Elle vibre, s’enivre, découvre l’amour et sa ville de nuit contre la volonté d’Hayet, sa mère, qui connaît la Tunisie et ses interdits.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=oWX2o9-MZbc?rel=0]

Les critiques

« […] Gracieux coup de poing que ce premier long métrage qui combine ardeur politique et qualités musicales — les scènes de concert du groupe sont électrisantes. A travers le portrait de cette insoumise, ce teen movie d’émancipation exprime, aussi, la soif de liberté de toute une génération. […] »
Télérama – voir la critique complète

« […] Tous les amateurs de cinéma arabe, et particulièrement maghrébin, en connaissent par cœur le motif: éprouver la liberté et aussi bien l’aliénation d’une société à l’aune du statut réel accordé à la femme. Mais, quitte à remettre le motif sur le métier, elle parvient à composer un des ouvrages les plus pertinents en la matière. […] »
Le Monde

« […] Ce vibrant premier film multiplie les séquences musicales rageuses puis prend un recul inattendu pour offrir la peinture d’une Tunisie qui se remet lentement à respirer.  […] »
Première

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *