Portrait de Solveig Anspach – Cycle ‘Solveig Anspach’ – épisode 2

Par Christelle, le 1 septembre 2016

Pour débuter l’histoire de ce cycle, comment ne pas vous présenter la réalisatrice elle-même et vous expliquer pourquoi nous avons décidé de lui rendre hommage.
Parce que son nom Solveig Anspach ne vous semble peut-être pas tout de suite familier… mais si je vous dis « Lulu femme nue » ou encore « Haut les coeurs ! » avec Karin Viard, déjà vous semblez mieux la connaître.

Biographie

Américano-islandaise, Solveig Anspach est sortie diplômée de la FEMIS en 1989, avec à son actif quelques courts métrages dont Par amour et Les Iles Vestmanneyjar, tourné sur son lieu de naissance. Après avoir réalisé plusieurs courts-métrages documentaires, elle passe à la fiction avec « Vizir et vizirette » en 1993.

Avec « Que personne ne bouge« , elle obtient le Grand Prix du Jury et du Public au Festival international du Film de Femmes de Créteil.
En 1999, elle connaît un grand succès avec son premier long-métrage « Haut les coeurs ! » , qui retrace son expérience de la maladie.

Elle continuera ensuite les allers-retours entre documentaire (« Made in the USA », film sur la peine de mort en 2001), et fiction (« Stormy Weather »).

En 2008, elle tourne à nouveau dans son pays, l’Islande, avec « Back Soon« .
Inspirée par les femmes militantes, elle décide l’année d’après de retracer la vie de la communarde Louise Michel, déportée en Nouvelle-Calédonie avec des milliers de révolutionnaires, dans « Louise Michel la rebelle«  (2010), un long-métrage avec Sylvie Testud. Elle viendra en 2009 présenter son film lors du festival Rochefort Pacifique, et c’est à cette occasion que certains d’entre nous ont eu le grand plaisir de la rencontrer.

En 2012, elle retrouve  Didda Jónsdóttir pour « Queen of Montreuil » le deuxième volet de sa « trilogie fauchée« .

En 2014, elle retrouve Karin Viard pour « Lulu femme nue« , l’émouvant portrait d’une femme qui décide de rompre avec sa morne pour explorer de nouveaux horizons.

En 2015, la cinéaste succombe malheureusement à une récidive de son cancer, maladie contre laquelle elle avait déjà dû lutter il y a plusieurs années. Son dernier film, « L’Effet aquatique« , qui clôt la trilogie, raconte l’histoire de Samir, la quarantaine dégingandée, grutier à Montreuil. Il tombe raide dingue d’Agathe, maître-nageuse à la piscine Maurice Thorez. Mais on vous en dira plus dans de prochains épisodes.

Interviews et portraits

Télérama – questionnaire cinéphile

Découvrez ce très bel article qui nous fait plonger dans l’univer de Solveig Anspach

 

Hommage à Sólveig Anspach au Cinéma des cinéastes

La SACD organisait le 14 septembre 2015 une projection de Queen of Montreuil au Cinéma des cinéastes en hommage à Sólveig Anspach. A cette occasion, son producteur Patrick Sobelman et son co-scénariste Jean-Luc Gaget ont pris la parole pour saluer sa mémoire, entourés des comédiens Florence Loiret-Caille et Samir Guesmi et du compositeur Martin Wheeler.

Entretien avec Sólveig Anspach, réalisatrice du film « Anne et les tremblements »

Interview du compositeur Martin Wheeler – à propos de Solveig Anspach

Très bientôt : Episode 3 – « La trilogie fauchée »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *