Du 28 juin au 4 juillet à l’Apollo Ciné 8

Par Sophie et Anka, le 27 juin 2017

A l’Apollo Ciné 8 cette semaine, au tarif Rochefort sur Toile – 6€ toutes les séances et films d’animation 4€ – A United Kingdom Tunnel , mais aussi le film d’animation Psiconautas et toujours L’amant double 

Mercredi 28 , dernier jour de la semaine du cinéma (toutes les séances 4€)

A United Kingdom, film britannique d’Amma Assante

Synopsis

En 1947, Seretse Khama, jeune Roi du Botswana et Ruth Williams, une londonienne de 24 ans, tombent éperdument amoureux l’un de l’autre. Tout s’oppose à leur union : leurs différences, leur famille et les lois anglaises et sud-africaines. Mais Seretse et Ruth vont défier les ditkats de l’apartheid. En surmontant tous les obstacles, leur amour a changé leur pays et inspiré le monde.

C’est principalement grâce à tout le côté historique et les problématiques géopolitiques qui découlent de cette histoire d’amour que le film a de l’intérêt. Le contexte, les personnages, les difficultés traversées, les contraintes, les obligations, tous ces aspects sont passionnants. Bien sûr, A United Kingdom n’est pas le premier dans son genre. Les œuvres abordant la problématique de la mixité sociale comme elle est abordée ici ne manquent pas. Chacune d’entre elles parle de cette cause égalitaire apporte sa petite pierre à l’édifice et A United Kingdom n’y fait pas exception. Cependant, plus que ce combat d’un homme qui veut vivre comme il l’entend avec sa femme, c’est plutôt celui qu’il mène pour son pays face aux britanniques qui impressionne et impose le respect. Thibault van de Werve

Les séances en version française

Me.28 Je.29 Ve.30 Sa.1 Di.2 Lu.3 Ma.4

Les séances en version originale sous-titrée

Me.28 Je.29 Ve.30 Sa.1 Di.2 Lu.3 Ma.4

Tunnel, film coréen de Kim Seong -Hum

 Synopsis

En rentrant du travail pour célébrer l’anniversaire de sa fillette, Jeong-soo, employé chez un concessionnaire automobile, emprunte un tunnel moderne construit à flanc de colline. Mais à mi-parcours, l’installation s’effondre totalement et Jeong-soo se retrouve pris au piège, enseveli sous des tonnes d’éboulis. C’est le début d’une opération de sauvetage d’envergure nationale, ultra-médiatisée et suivie par le peuple tout entier. Problème : les dégâts sont considérables, l’intervention coûte cher et les chances de survie de la victime s’amenuisent au fil des jours… Marushka Odabackian cineseries-mag

Kim Seong-hoon prend ainsi à revers nombre de conventions pour mieux bâtir sa propre grammaire cinématographique. Un choix qui s’avère payant dans la mesure où du côté du spectateur, ce personnage va finir par devenir extrêmement proche, de sorte que son destin aura inévitablement un fort impact émotionnel. Et s’il s’autorise de nombreuses sorties du tunnel afin d’étoffer son discours pour ne pas rester uniquement dans un film de survie, Kim Seong-hoon s’impose tout de même d’importantes contraintes avec les 3/4 de son film se déroulant dans l’espace plus que restreint d’une berline à moitié écrasée par une masse de béton et d’acier. Et dans cet espace, il développe une mise en scène complexe au niveau des axes de caméra qui évite toute monotonie. Il crée un important contraste entre ce que va vivre cet homme coincé dans la quasi-obscurité et le monde extérieur qui s’agite pour le sortir de là. Cela crée notamment des phases de respiration essentielles car son objectif n’est pas de livrer un film claustrophobique ou trop dramatique. Il est bien plus malin que ça et va asséner un discours très fort, très engagé, par la voie royale de la comédie. Nicolas Gilli

Les séances en version originale sous-titrée

Me.28 Je.29 Ve.30 Sa.1 Di.2 Lu.3 Ma.4

L’amant double, film français de François Ozon

Synopsis

Chloé (Marine Vacth) souffre de maux de ventre récurrents. Sa gynécologue estimant qu’il s’agit d’un problème psychologique, elle décide de consulter le psychologue Paul Meyer (Jérémie Renier). Au fil des séances, l’état de la jeune femme s’améliore tandis que des sentiments naissent entre elle et son analyste. Finalement, Paul et Chloé entament une relation et s’installent ensemble.

Un jour, tandis que Paul est censé travailler à l’hôpital, Chloé l’aperçoit dans la rue en train de discuter avec une inconnue. Le soir, elle en parle à Paul qui lui assure qu’elle s’est trompée. Après quelques recherches, Chloé finit par découvrir l’existence d’un frère jumeau, Louis Delord, également psychologue…

Les séances en version française

Me.28 Je.29 Ve.30 Sa.1 Di.2 Lu.3 Ma.4
L’Amant double témoigne du plaisir et de l’habileté avec lesquels François Ozon manie visiblement les codes du cinéma de genre. Au niveau thématique, le récit est une nouvelle exploration des paradoxes, des contradictions et des ambiguïtés propres à un être humain « double » par nature, dans son rapport aux autres et à sa propre sexualité. Mais bien que maîtrisé dans sa forme, le film ne parvient que ponctuellement à toucher (et à troubler) le spectateur – son audace au final assez contenue et sa psychologie plus simpliste qu’il n’y paraît contribuant sans doute à limiter la portée de l’ensemble. Bertrand Mathieux  

Psiconautas, film d’animation espagnol de Pedro Rivero et Alberto Vázquez

Synopsis

La seule usine d’une île a explosé. Après ce désastre écologique, les habitants et les animaux qui ont subi des mutations essaient de survivre comme ils peuvent, tandis que les policiers tentent d’imposer leurs lois. De son côté, l’étrange Birdboy, qui aimerait surmonter ses traumatismes psychologiques, dont la disparition de son père, entreprend de reconstituer la forêt. Accompagnée de deux amis, l’aventureuse Dinky tente de s’échapper de ce lieu funeste en espérant que Birdboy fera le voyage avec elle…

Adapté d’une bande dessinée de jeunesse créée par Alberto Vázquez lui-même, Psiconautas est d’abord une rêverie passionnante sur le mal-être des adolescents, en butte à la violence de la société qui les attend. Birdboy, figure de superhéros fragile et torturé, orphelin traqué par la police, est hanté par un spectaculaire démon (le deuil, la rage) que seule la drogue peut faire taire. Dinky, la petite souris qui l’aime, grandit dans un foyer d’abrutis agressifs et conformistes, et décide de fuguer, avec quelques compagnons d’infortune. Et puis il y a les gamins perdus de la décharge qui rappellent plus Los Olvidados, de Buñuel, que l’univers habituel de l’animation… Tout un peuple de prédateurs et de victimes, d’objets bavards et de paumés poignants, ambigus, composent une fascinante polyphonie, où se mêlent la monstruosité du réel et celle du surnaturel.

Ce récit-puzzle représente, aussi, le panorama de nos hantises contemporaines : la pollution, l’incurie, la misère, le fascisme et le rejet de l’autre — faites votre choix ! — dans une fable qui ne laisse que très peu de place à l’espoir. Mais quand celui-ci paraît, bien caché au fond d’une futaie d’un noir d’encre, il est si miraculeux, si verdoyant et lumineux, en contraste avec la splendeur malsaine des couleurs de l’île, qu’il semble appartenir à un autre film : un rêve de nature animiste à la Miyazaki, incrusté dans un univers piège que ne renieraient pas Tim Burton ou Roland Topor. Territoire fantastique, où le merveilleux se cueille au coeur même de la désolation, ce petit chef-d’oeuvre nous transforme tous en « psychonautes », voyageurs de l’âme. Cécile Mury

Les séances en version originale sous-titrée

Me.28 Je.29 Ve.30 Sa.1 Di.2 Lu.3 Ma.4

Et n’oubliez pas! La Fête du cinéma

Mercredi 28 juin 2017 inclus. tous les films sur grand écran au tarif exceptionnel de 4 euros la séance !

Pour les opéras et ballets, 18 euros sur présentation de votre carte Rochefort sur Toile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *