Semaine du 24 au 30 août 2016

Par Christelle, le 24 août 2016

Cette semaine à l’Apollo Ciné 8 au tarif Rochefort sur Toile (6 €)

D’une famille à l’autre, film brésilien de Anna Muylaert

Pierre, 17 ans, vit avec sa sœur et sa mère. Il apprend un jour que cette dernière n’est pas sa vrai mère, et qu’elle l’a kidnappé à la maternité. Ses vrais parents cherchent alors à le rencontrer.

Critiques

« Anna Muylaert s’est fait connaître en France avec son précédent film, la comédie dramatique Une seconde mère, où une attachante femme de ménage se retrouvait obligée d’héberger sa fille chez ses patrons. Pour D’une famille à l’autre, la réalisatrice brésilienne semble avoir repris avec appétit les mêmes ingrédients: des parcours familiaux imprévisibles, des transferts affectifs, des tensions de classe sociale, un ton doux-amer et surtout des personnages irrésistibles. Pierre a 17 ans. Il joue du rock, cultive un look punk androgyne, couche avec des filles comme des garçons, et aime porter en cachette des sous-vêtements féminins. En tant que spectateur, c’est déjà un plaisir rare que de voir un tel personnage masculin, qui ne rentre dans aucune case. Un jeune mec discret, timide et pourtant bien dans sa peau. Un jeune mec qui, malgré l’ouragan qui va lui passer dessus, va garder tout au long du film une sorte de nonchalance attachante. »

« Ce qui fait toute la discrète réussite de D’une famille à l’autre, c’est aussi le talent de Muylaert pour dégraisser, de laisser de côté toute scène qui viendrait en faire des tonnes, et d’arriver à émouvoir quand même. L’impuissance des service sociaux, la violence des rapports de classe, la rivalité entre frères, l’homophobie latente… toutes ces pistes sont bel et bien présentes à l’écran mais ne sont jamais bêtement surlignées. Elles sont traitées avec une réserve qui pourrait paraître frustrante en premier lieu, mais à l’image de son protagoniste, D’une famille à l’autre possède une réelle aisance dans sa sobriété, qui lui permet de toujours retomber sur ses pattes. Pierre n’est ni une boule de rébellion, ni une chiffe molle (en un mot, ce n’est jamais un cliché de cinéma). Sans perdre de son humour et de son recul, il est lui aussi d’une élégance rare. »

<<< Grégory Coutaut>>>

Les séances en version originale sous titrée

Les séances en version originale sous titrée

Me.17 Je.18 Ve.19 Sa.20 Di.21 Lu.22 Ma.23
18h05
18h05
17h45
17h45
11h10
18h05
18h05
18h05

 

A mettre dans vos calepins

Le cycle Solveig Anspach en septembre

« Back soon » , « Queens of Montreuil », « L’effet aquatique » et « Deep End »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *